2- Sur le système cardiovasculaire et respiratoire

Dans un premier temps, le cerveau envoie des signaux nerveux aux muscles intercostaux et au diaphragme, muscles responsables de la respiration. Ceux-ci se contractent et se relâchent de manière rapide durant le rire, ce qui accélère le rythme cardiaque, et provoque des secousses au niveau des épaules, ce qui détends cette zone musculaire, ainsi que les zones de certains muscles striés comme les muscles du visage, du larynx, et de l’abdomen : une grande partie des muscles du corps se détendent

les muscles de la respiration
muscles-respi.jpg

a)    cardiovasculaire

Après le rire, le rythme cardiaque diminue à moyen terme, ce qui engendre une baisse de la tension artérielle, par la dilatation des muscles artériels. Le rire ferait aussi baisser le taux de graisses sanguines, aidant ainsi à contrer des maladies comme l’artériosclérose, caractérisée par un durcissement des artères :

b)   Respiratoire

. Les bronches peuvent alors s’ouvrir davantage. En effet, le temps de repos entre l’inspiration et l’expiration est allongé, et permet d’augmenter la plasticité pulmonaire : le rire nettoie et libère les voies aériennes supérieures jusqu’aux poumons, permettant une augmentation de 3 a 4 fois du volume des échanges respiratoires.

 

les voies aériennes supérieures
respi-2.jpg



Suite =>

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

Nous vous souhaitons la bienvenue sur ce site, et une excellente visite ! Sourire

×