CONCLUSION

Le rire permet à une grande partie des muscles du corps de se détendre, il nettoie et libère les voies aériennes supérieures jusqu’aux poumons, permettant une amélioration des échanges respiratoires, il diminuerait également le taux de cortisol, une hormone qui inhibe l’activité du système immunitaire, et amplifierait l’action des protéines qui identifient et s’attaquent aux bactéries, virus. Il réduit les inflammations articulaires, les risques de cancers de manière générale, le stress, et augmente aussi le seuil de tolérance de la douleur.

 

En fait, le rire a autant d’effets sur le corps que sur le moral, il met l’organisme en meilleur disposition pour guérir en favorisant un moral optimiste,  il rend possible la détente, réduit l’anxiété, et facilite donc l’acceptation de la maladie dans le cas d’une personne malade.

 

Nous pouvons prendre comme exemple Norman Cousins qui s’est soigné lui-même alors que la médecine le disait condamné, sa thérapie consistait à provoquer son rire une demi-heure par jour, ce qui lui procurait 2 heures de sommeil sans douleur, ce fut un succès.

 

Nous avons montré que le rire possède une multitude de vertus thérapeutiques pouvant êtres utilisées de manière volontaire afin d’améliorer la santé. Nous pouvons alors nous demander si la gélotherapie sera un jour considérée comme une véritable thérapie au même titre que les traitements médicaux actuels les plus efficaces.

Suite =>

Synthèses personnelles

Lexique

Bibliographie

Annexes

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

Nous vous souhaitons la bienvenue sur ce site, et une excellente visite ! Sourire

×